Le blog des dirigeants Heureux et des entreprises gagnantes

Réinventons l’entreprise en observant les jeunes entrepreneurs !

Nous vivons une époque formidable ! Les jeunes changent, et le monde bouge…

Il y a quelques mois, mon fils m’a dit : « maman, avec les copains, on a trouvé la bonne idée pour monter notre boite, on a décidé de se lancer ». Il avait tout juste 17 ans…

Aujourd’hui, plus d’un jeune sur 2 annonce vouloir devenir entrepreneur ( baromètre Envie d’entreprendre -Mai 2016 / Le Figaro-ID Invest partners) et 24% des créateurs d’entreprise ont moins de 30 ans (étude AFE « les jeunes et la création d’entreprises »).

Plus impressionnant encore, le nombre de créations d’entreprises portées par les jeunes a explosé ces dernières années : + 208 % entre 2002 et 2014.

Selon une étude menée en octobre 2016 par BVA (pour France Active), 55% des jeunes âgés de 18 à 29 ans aimeraient créer ou reprendre une entreprise, et ce par esprit d’indépendance prioritairement (49%), mais aussi pour pouvoir faire de leur passion un métier (39%) ou réaliser un rêve (25%)…

En février 2017 (étude Opinion Way pour le SDE), ce sont 60% des 18-29 ans qui se déclarent intéressés par l’entrepreneuriat, soit 5 millions d’entrepreneurs potentiels !

Aujourd’hui, un quart des nouvelles entreprises sont créées par des jeunes de moins de 30 ans (Etude APCE « créer une entreprise avant 30 ans », mars 2015).

Les jeunes femmes démontrent elles aussi une appétence grandissante pour l’entrepreneuriat, puisque 34% des créateurs d’entreprise de moins de 30 ans sont des femmes.

Il s’agit parfois plutôt de vouloir « entreprendre sa vie » : j’ai par exemple participé samedi dernier, en tant que membre de jury, à des entraînements de jeunes en prépa commerciale pour le fameux « oral de personnalité » des grandes Ecoles de commerce, et plus de la moitié d’entre eux m’ont fait part de leur souhait d’intégrer de grandes entreprises, « à condition de pouvoir s’y réaliser et s’y épanouir » !…

Bref, entreprendre, ou en tout cas : « entreprendre sa vie », semble être une nouvelle aspiration de nos jeunes, synonyme de liberté et d’épanouissement personnel.

Certains y voient une véritable évolution sociétale, de nouvelles générations qui arriveraient avec une « autre vision du monde ».

Moi qui suis cinquantenaire, je fais partie de cette génération X (= 1960-1980), unique, qui a grandi « entre l’avant et l’après » :  nés sans internet, nous avons vécu l’arrivée du numérique, des nouvelles technologies, des outils du digital… et avons été ainsi contraints de modifier complètement nos modes de fonctionnement.

Et aujourd’hui arrivent sur le marché du travail ces nouvelles générations, façonnées en même temps que les mutations technologiques, et à la vision du monde forcément différente.

Une nouvelle génération d’entrepreneurs et d’intrapreneurs pour la France de demain ? 

Evolutions culturelles, technologiques et numériques, mondialisation, innovation tous azimuts, économie collaborative et ubérisation, vie connectée, nouvelles approches du management, mais aussi augmentation du chômage longue durée et des incertitudes, crise économique latente… le monde change en accéléré et nombre de facteurs influent sur les attentes de nos jeunes.

Agiles et créatifs, ambitieux, confiants et optimistes (70% des 18-29 ans ont confiance en leur avenir professionnel, selon une étude Opinion way 2017), ils ont à cœur de devenir acteurs de leur existence.

Leurs discours sont souvent déterminés, voire même parfois quelque peu arrogants : « nous les jeunes, nous allons entreprendre, pour changer le monde » nous disent-ils…

Au-delà des « poncifs » du genre, force est d’admettre que ces nouveaux entrepreneurs posent question : ils sont en recherche de sens, n’ont pas peur de l’avenir et font preuve d’une audace souvent étonnante.

Sans compter que cette dynamique « entrepreneuriale », ce vent de liberté, semble dépasser les nouvelles générations et souffler désormais et de plus en plus fort sur l’ensemble de la société française !

Non seulement la France est au 1er rang européen pour ce qui concerne la création d’entreprise, avec plus de 500 000 créations par an depuis 2009, date de la mise en place du statut d’auto-entrepreneur, mais, selon l’indice entrepreneurial créé par l’AFE (Agence France Entrepreneur), 15 millions de français seraient concernés par la dynamique entrepreneuriale, et 20% d’entre eux souhaiteraient créer ou reprendre une entreprise.

Et cette tendance s’accélère encore ! Ainsi, en 2017, ce ne sont pas moins de 591 300 entreprises qui ont été créées, 4,8% de plus qu’en 2016 encore, la 4e année consécutive d’augmentation et un doublement en 10 ans (source Insee).

Pourquoi ? Quelles valeurs portent-ils ? Quel sens donnent ces créateurs à leurs projets entrepreneuriaux ?

Et, surtout, quelle leçon pourrait-on en tirer pour l’avenir de notre pays ?

Dans une société où le pessimisme et la crainte de l’avenir dominent encore trop souvent, les hasards d’un parcours professionnel atypique m’ont conduite à la rencontre d’entrepreneurs français, jeunes et moins jeunes, que j’ai découverts d’un optimisme forcené, d’une audace et d’une ambition inégalées…

Des entrepreneurs qui ouvrent la porte d’un futur différent pour notre pays, un futur positif et optimiste dans lequel sens et valeurs portent la réussite.

La France de demain sera-t-elle donc cette société sclérosée qui nous est parfois encore  décrite par les médias, ou au contraire sera-t-elle, grâce à ces nouvelles générations d’entrepreneurs, une société « entrepreneuriale » et « entreprenante » ?…

Une société dans laquelle chacun redevient entrepreneur de sa vie

Une société dans laquelle les qualités de l’entrepreneur sont reconnues, valorisées, favorisées…

Une société dans laquelle l’esprit d’initiative, l’audace et la passion sont privilégiés, et dans laquelle la peur de l’échec n’existe plus…

Une société dans laquelle les entreprises, quelles que soient leur taille, reconnaissent aussi l’esprit d’entreprendre, et rendent heureux les salariés « intrapreneurs », en faisant du sens et de la passion leurs piliers du management ?…

Bref, la dynamique et les valeurs entrepreneuriales, ce qu’on appelle parfois « l’esprit d’entreprendre », pourrait-il devenir une valeur sociétale consensuelle, un élan positif qui porterait enfin la fierté citoyenne et l’avenir de nos territoires ?

Personnellement, j’en suis convaincue !

J’ai cette chance incroyable de côtoyer chaque jour les entrepreneurs d’aujourd’hui et de demain, de pouvoir les interroger sur leurs motivations profondes, leur engagement pour leur entreprise et pour leurs salariés, ce qui les touche, les motive, les fait avancer…

Et chaque jour j’observe la construction du monde de demain : des valeurs entrepreneuriales et intrapreneuriales de plus en plus fortes et puissantes ; de la passion, de l’énergie, de l’audace à tous les étages ; des aspirations individuelles porteuses de sens…

Reste aux entreprises, de la PME au grand groupe, à s’adapter pour attirer et conserver ces nouveaux talents, pour imaginer une entreprise de demain dans laquelle le « vivre ensemble » et les valeurs entrepreneuriales porteront l’ambition de tous…

Et vous, êtes-vous entrepreneur de votre vie ?

Dirigeants, comment accompagnez-vous ces talents aux aspirations affirmées ?

 

Laisser un commentaire

tempus nunc at fringilla ut lectus quis consequat.